Filage manuel 2011

Les pluies abondantes de l’été ont transformé les tons blancs et bruns du paysage hivernal en verts de toutes les teintes !

Nous voyageons dans les montagnes du Khangai. Les yaks, qui arborent maintenant leurs légers manteaux d’été, broutent  paisiblement, ne levant la tête qu’a l’annonce du klaxon de notre camionnette Russe pour enfin se déplacer de notre chemin. En juin, j’ai eu l’opportunité de me joindre à Bayarmagnai, le Président de la Co-op des Eleveurs de Yaks des Montagnes Khangai, Cédric, le responsable de AVSF-Mongolie, Mungo, notre interprète et Mandakh, notre infatigable chauffeur, pour rendre visite, dans trois vallées, à une dizaine de femmes éleveurs et membres de la Co-op pour leur présenter certaines techniques de filage du duvet de yak.

Sans cesse à l’affût de nouvelles idées pour développer le potentiel et accroître la valeur du duvet de yak, la Co-op collabore avec AVSF-Mongolie pour commencer la production de duvet de yak filé à la main. Bénéficiant d’une subvention de l’ONG Mercy Corps, la Co-op a reçu 10 rouets à pédale pour débuter cette initiative.

A chacune de nos 3 étapes, nous avons été accueillis par 3-4 membres de la Co-op et leurs familles, nous souhaitant la bienvenue sous la yourte ou dans leurs maisons d’été en bois. Nous étions tous très enthousiastes pour commencer l’assemblage des rouets, mais…chaque chose en son temps ! D’abord on nous servit à manger, quelques plats de nouilles, carottes, mouton et pommes de terre ainsi qu’une bonne rasade de thé au lait salé, tradition oblige ! Après cela, tout le monde se mit à l’assemblage des rouets, grâce aux instructions de montage assez claires, tout était réglé en 30 minutes, près pour la première démonstration.

On commençait par travailler la coordination des pieds et des mains en utilisant la pédale seule afin de trouver une bonne vitesse de rotation et la position du corps. Ensuite, les mains. La plupart des femmes qui participaient à la formation étaient déjà habituées à filer le duvet au fuseau. Leur expérience à confectionner un fil de largeur et de torsion constante les a aidées à s’adapter à l’effet de la roue sur la fibre. Ces femmes sont toutes très manuelles et même celles qui n’avaient aucune expérience au filage ont fini par coordonner les mouvements des pieds et des mains.

En apprenant le rouet, je me suis aperçu que c’était un peu comme apprendre àjouer d’un instrument de musique, ce qui semble au début impossible devient peu a peu plus familier. Et si vous arrivez à ne pas jeter la machine par la fenêtre au bout d’une semaine, vous devriez y arriver au bout de la deuxième. Au début, je les aidai en guidant leurs mains ou en actionnant la pédale pour trouver le rythme et assez rapidement toutes parvinrent a manipuler la machine seule et de façon naturelle.

A la fin de leur formation, toutes les femmes avaient assimilé les bases du filage au rouet et pouvaient donc développer leur propre style, leur propre savoir faire.

Nous nous sommes donc donné rendez-vous un mois plus tard pour voir leurs progrès et pour continuer la formation.

Notre prochaine visite débute fin juillet. J’ai hâte de revoir nos formidables hôtes, d’avoir un premier ressenti de leurs expériences avec le rouet et de voir les résultats au bout d’un mois !

J’ai hâte de vous raconter la suite de nos aventures, mais pour le moment, dara ultzi ! (à la prochaine !)

Marilyn Theorey

Publicités

Une réflexion sur “Filage manuel 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s