Mais où est passé le duvet des yaks?

C’est plus d’une tonne et 700 kilos qui arrivent ce matin du 18 juin à l’usine Altaï Cashmere d’Oulan Bator. Le 5 juillet, après un procès en trois étapes, tri, lavage et éjarrage, il n’en restera plus que 542kg!

L’équipe d’AVSF s’est relayée au chevet des fibres de la coopérative pour ne pas en perdre une miette. A vos calculettes pour ce compte rendu aux allures de cours de mathématiques.

Objectif global: obtenir un rendement supérieur à 30%, alors que les moyennes actuelles pour le duvet de yak mongol tournent autour de 25% seulement. Cette amélioration du rendement reflétera (ou pas) la qualité du travail de peignage des éleveurs. Sans compter que le rendement est le facteur prépondérant pour le calcul du prix de revient. Autant vous dire que cette quinzaine passée dans les locaux d’Altai Cashmere nous a tenu en haleine jusqu’au bout…

Première étape: tri manuel des fibres

Durant 3 jours, une équipe de 6 trieuses chevronnées va passer en revue plus de 1700kg de fibres brutes pour les trier par couleur. 139kg de déchets divers (poussières, mèches de gros poils, brindilles…) ne passeront pas cette étape.

Rendement du tri: 92 %.

Seconde étape : le lavage

Cette étape a duré deux jours. Après être passée dans une soufflerie pour décompacter les fibres, la matière est tamisée avant de traverser 5 bains successifs d’eau à 60 degrés. Deux de ces grandes baignoires comportent de la lessive. A la sortie du dernier bain, un séchoir à l”efficacité redoutable fini le travail. Les techniciens d’Altaï Cqashmere défilent toute la journée pour venir voir la production de cette coopérative qui attire leur curiosité. Notre présence dans l’usine est très bien acceptée et les poses photos se multiplient à l’heure de la pause.

Partis avec l’eau du bain, 481kg de terre et poussière, qui portent le rendement du lavage à 70%. Les fibres brutes étaient plus sales que la moyenne, nous commençons à douter…

Troisième et dernière étape en Mongolie: l’éjarrage

Température de 30 degrés et près de 100% d’humidité, les cardeuses tournent sans relâche sous l’oeil et le travail expert des ouvrières. Les gros poils sont séparés du duvet par étapes successives. En bout de chaîne, nous voyons enfin apparaître le fruit de plus de 6 mois de travail : un duvet fin et doux qui ressemble à de la barbe à papa.Mais y en aura -t-il assez?

Enfin la dernière pesée rend le verdict final: 560kg de gros poils éliminés pendant l’éjarrage, et le rendement de cette étape s’élève à 50%.

Encore un calcul et le rendement total apparait: 31,4%. Pari tenu!

Félicitations aux éleveurs qui ont fait un bon travail, et chaleureux remerciements à tous les employés d’Altai Cashmere qui ne sont pas pour rien dans ce résultat très encourageant, autant pour nous que pour toute la filière yak mongole.

Le duvet arrive bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s