Chronique d’une Coopérative

Les choses avancent en Mongolie !

La Coopérative a été officiellement créée le 17 mars 2010 à Tsetserleg par un groupe de 14 éleveurs de l’Arkhangaï, les membres fondateurs. Son nom, imprononçable en Français : «Ar arvidjin delgerekh».  Le président s’appelle Bayarmagnai. Des membres d’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières ont assisté l’écriture des statuts et l’ONG américaine Mercy Corps a fourni une assistance juridique.

Il restait à l’enregistrer officiellement dans les bureaux de la capitale Oulan Bator pour qu’elle soit définitivement en ordre de marche. La chose s’est faite très vite et une demande de prêt a été déposée à la Xac Bank avec une garantie fournie par Mercy Corps. Cette somme d’argent va permettre de commencer la récolte en payant aux éleveurs leurs fibres brutes, en les rassemblant en un point puis en les faisant transformer. Mais les taux d’intérêt frisent les 20% annuels ici… C’est pourquoi nous sommes en train de demander une avance à nos clients européens pour soulager un peu la Coopérative.

Entre-temps, Quentin Moreau, assistant le projet en Mongolie, profitait d’un retour en Europe pour démarcher des clients et se faire une idée précise du marché des fibres animales et des opportunités pour le yak.

Mi-avril fût l’occasion pour Cédric Bussac et Quentin Moreau d’une rencontre avec les nomades dans leurs campements-mêmes. Il s’agissait de leur expliquer le fonctionnement de la Coopérative et l’intérêt à y adhérer et le système démocratique de distribution de bénéfices. L’idée a convaincu largement. Plus d’une quarantaine de familles sont devenues membres et en ordre de cotisation.

Nous avons visité les 5 soums (subdivisions administratives équivalentes à nos villages mais faisant en moyenne 3000km2) les plus peuplés en yak à l’Ouest de la province de l’Arkhangaï. Ces soums sont aussi les plus montagneux.

Dans chacun de ces soums, nous avons été dans chaque « bag » (la plus petite subdivision administrative) et rencontré des groupes d’éleveurs. Dans ces bags va s’organiser la collecte des fibres. Les éleveurs vont peigner les yaks et les fibres brutes seront concentrées par un collecteur, membre de la Coop. A la fin de la récolte, un robuste fourgon russe 4×4 passera chez chacun de ces collecteurs. Les fibres seront à nouveau concentrées dans le centre de la province, à Tsetserleg et sous bonne garde. Enfin elles seront acheminées à l’usine de transformation à Oulan Bator, transformées en duvet qui sera exporté vers l’Europe.

Sur une ligne du temps, l’export se fera en juillet et la transformation en juin. Les fibres seront livrées à nos clients fin août. En principe…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s